Les meilleures citations de George Courteline

Les meilleures citations de George Courteline

Romancier bien connu du XIXème siècle, George Courteline s’est également rendu célèbre par ses citations.

 

Dans cette sélection, vous allez découvrir plusieurs dizaines de citations de George Courteline et allez pouvoir apprécier la justesse de sa plume.

 

Bonne lecture et surtout bonne découverte, il y a fort à parier que certaines de ses citations vont vous surprendre.

 

 

Les 45 meilleures citations de George Courteline

Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement. Ce qu’on mange avec goût se digère aisément.

 

C’est à l’homme de réparer, lorsque ses moyens le lui permettent, les petites injustices du Bon Dieu.

 

Et pendant que les années passent, les idées marchent.

 

Exiger simplement et strictement des choses les qualités qu’elles ont la prétention d’avoir : tout le sens critique tient là-dedans.

 

Faire le malin est le propre de tout imbécile.

 

Il en est de la bohème comme il en est de l’alcool, comme il en est du tabac et des femmes ; il ne faut pas en pousser la pratique à l’excès.

 

Il en est des femmes comme des fous : il ne faut pas les défier.

 

Il est certain que quoi qu’on fasse, on est toujours le fantoche de quelqu’un. C’est un malheur dont on ne meurt pas.

 

Il est évidemment bien dur de ne plus être aimé quand on aime, mais cela n’est pas comparable à l’être encore quand on n’aime plus.

 

Il est plus facile de lever une femme que de la laisser tomber.

 

Il ne faut jamais gifler un sourd. Il sent la gifle mais ne l’entend point.

 

Il n’est pas de genres inférieurs, il n’est que des productions ratées.

 

Il vaut mieux gâcher sa jeunesse que de n’en rien faire du tout.

 

Je ne pense jamais, cela me fatigue ; ou si je pense, je ne pense à rien.

 

Je ne vois nulle honte à être un « vieux cochon », mais je trouve beaucoup de ridicule à être un vieil imbécile.

 

J’étais né pour rester jeune, et j’ai eu l’avantage de m’en apercevoir, le jour où j’ai cessé de l’être.

 

La douceur de l’homme pour la bête est la première manifestation de sa supériorité sur elle.

 

La femme ne voit jamais ce que l’on fait pour elle; elle ne voit que ce que l’on ne fait pas.

 

La Gaieté a des exigences de grande dame qu’on ne sert pas avec des pattes sales et qui s’accommode assez mal d’être logée dans un intérieur mal tenu.

 

La jeunesse est le plus grand des biens ; la vieillesse la pire des disgrâces. Elle n’est profitable qu’à l’alcool.

 

La stupidité et le génie se rencontrent sur un terrain qui leur est commun à tous les deux : l’imprévu dans la découverte.

 

La vie est trop courte pour qu’on puisse s’embêter pendant seulement une heure.

 

La vraie pudeur est de cacher ce qui n’est pas beau à faire voir.

 

L’alcool tue lentement. On s’en fout. On n’est pas pressés.

 

L’avantage qu’il y a d’être dans le vrai, c’est que toujours, forcément, on finit par avoir raison. En théorie, du moins.

 

Le dédain de l’argent est fréquent, surtout chez ceux qui n’en ont pas.

 

Le goût de la vie l’emporte sur celui du meurtre, de beaucoup.

 

Les femmes sont tellement menteuses, qu’on ne peut même pas croire le contraire de ce qu’elles disent.

 

Les filles ont ceci pour elles qu’elles le sont toujours un peu plus qu’on ne pensait.

 

Les hommes ne sont pas très rares qui aiment à faire payer les services qu’on leur rend.

 

Les pianos devraient être frappés de deux impôts : le premier au profit de l’État, le second au profit des voisins.

 

Les vieilles amitiés s’improvisent.

 

L’homme est le seul mâle qui batte sa femelle. On doit donc en déduire que l’homme est le plus brutal des mâles… A moins que la femme ne soit, de toutes les femelles, la plus insupportable.

 

L’homme n’est pas fait pour travailler. La preuve, c’est que ça le fatigue.

 

Méfie-toi des conseils, mais suis les bons exemples.

 

Mieux que n’importe quel médecin au monde, la Nature sait ce qui nous convient.

 

Mieux vaut boire trop de bon vin qu’un petit peu de mauvais.

 

On change plus facilement de religion que de café.

 

On entend par « chef d’œuvre », en matière littéraire, un ensemble de vers ou de lignes dont on ne conçoit pas qu’un seul mot puisse être remplacé par un autre.

 

On s’explique mal que nombre de gens aiment mieux prêter de l’argent, au risque de le perdre, que rembourser celui qu’ils doivent.

 

Passer pour un idiot aux yeux d’un imbécile est une volupté de fin gourmet.

 

Pour savoir qu’un verre était de trop, encore faut-il l’avoir bu.

 

Pourquoi donc, dans un groupe de femmes bavardant comme des perruches, la conversation cesse-t-elle aussitôt qu’un monsieur s’approche ?

 

Rien n’est plus facile, plus inutile par conséquent, que d’être un poète quelconque.

 

S’il fallait tolérer tout ce qu’on se permet à soi-même, la vie ne serait plus tenable.

 

 

Cette sélection de citations de George Courteline est maintenant terminée.

Vous avez apprécié ? Si oui, merci de partager cet article sur les réseaux sociaux en cliquant simplement sur les petits boutons ci-dessous :